Pansexual (Googling)

See more » Love and Lust

Dear Mr. Google User:

If you come here after using Google to search for 'pansexual' you need to realize that anyone whose half-happy with their sexuality posts about other things as well.

Just use the "Search" form at the top right of the index page to search for pansexual and pansexuality.

I've often said people need to pass a test before being allowed to use a telephone. Maybe their needs to be a browser license test as well.

Comments

THE THEORY OF PANSEXUALITY 6th CONGRESS OF SEXOLOGY – LIMASSOL, JUNE 2002 by Peter Boom I’m a Dutchman living in Italy since 1956. My personal experience and my studies brought me to conceive the Theory of Pansexuality about ten years ago. The Theory has been published in several non professional papers and through Internet, but never before has it been presented in such an important academical Congress as this one, and I hope that it will help mankind to suffer less from sexual repression that persists strongly in our brave new world. People are traumatised by ideas of sin, ideas that have created cases of homicide, suicide and a lot of other grave social disorders. A great deal of the problems regarding alcoholics, drugs and also several types of sedatives depend on sexual repression. Even in Art we can see the sexual repression, noting, for example, beautiful sculptures without genitalia or covered by a leaf. This is of course very castrating. Before reading the Theory and some of my ideas about sexual behaviour, I would like to say that I’m very honoured to participate in this Congress, more so because I’m not a professional sexologist , but an actor, singer, author and so on, perhaps better categorised as a Dutch adventurer living in Italy near Rome, for the past 43 years consuming my best energies as a gay activist. I am an ideal pansexual. Before 23 I had sex with women and then I discovered the wonderful, though difficult world of gayness. Tomorrow morning at 8.30 there will be a roundtable discussion and perhaps I’ll have more time to tell you about my personal experiences and ideas. I thank the Scientific Committee of the European Federation of Sexology very much for approving my Theory. Here it is: THE THEORY OF PANSEXUALITY Human beings, by nature must be, “pansexual” (from the Greek, Pan = all) a complete sexual person. We all possess various sexual possibilities generally classified as heterosexual, homosexual, bi-sexual, autoerotic, fetishist, sado-masochistic, etc. These tendencies in our nature can come out at any time, according to the development of each individual. Children are born polimorphoperverse; the curiosity of discovery leads them to play with their mothers, touch their genitals, masturbate and investigate their excretia. Later, as they develop, they play games of “doctor” as they explore the bodies and functions of their friends. All this is perfectly natural. During puberty their ambivalence is natural and undeniable as they adapt to life as an adult. Only later does their sexual proclivity become more crystallized and definite, although the range of options remain open. These options are partially repressed or are made taboo, according to the society in which they live. There’s a tribe in Borneo in which the women live with their children in a huge hut, while men live apart from them. In Kenya there’s a nomadic tribe of proud long-living people who have the custom of coupling boys of twelve in a ritual of blood-mixing. These male couples remain faithful to each other all their lives, wandering far off together, returning to the tribe once or twice a year in order to procreate with the women. There are many examples, like the Siwans from Africa, the Sambia in New Guinea, where nearly all males engage in both hetero- and homo-sexual intercourse, but we can leave these to the anthropologists. The term “pansexuality” exists already, but with a different meaning to that which I apply to it, indicating the concept to which sexual instinct is the basis of all human behaviour (Freud). It is important not to repress any of our pansexuality and to live it freely, using good sense. The repression and banning of natural instinct creates frustration, often resulting in antisocial and violent behaviour. Good sense is embodied in the expression: “Don’t do unto others what you would not have them do unto you!” Definition of pansexuality: Pansexuality includes all kinds of sexuality that can exist in a human being, gay, lesbian, bisexual, transexual, transgender, heterosexual, tendencies that may prevail either permanently or occasionally. The word Pansexualism is explained by Professor Haeberle in his Critical Dictionary in the following way: “Pansexualism. (sometimes also “pansexuality”. From gr. “pan”: all) All-embracing sexual love. An attitude or a philosophy which is based on the belief that the human sexual potential can and should be directed towards everybody and everything. At one time, the term “pansexualism” was also used for the theory that all human behavior is somehow sexually motivated. This theory is no longer considered valid. Today the terms “pansexualism” and “pansexuality” are often employed by certain advocates of sexual liberation who want to convey the idea that the present sexual and gender roles of men and women are too confining, and that, therefore, an all-embracing sexuality should accept the entire spectrum of sexual orientations and deliberately ignore all other conventional distinctions.” I had an interesting exchange of emails with Professor Haeberle and I want to thank him publicly for his contribution to my studies of Sexology. The Theory of Pansexuality is best understood not in absolute but in relative terms, just as the biological sex and the gender roles. From the observation of human sexual behaviour we learned that femaleness and maleness, femininity and masculinity, homosexuality and heterosexuality are a question of degree. Today people talk too easily about hetero-, homo-, and bi-sexuality without realizing the overlapping qualities of the different categories. A very narrow-minded view on human nature cripples a natural view of life, not the natural view as intended by science of the past … and religions of the past and of today. Today the word “nature” has become regularly used to fight for sexual rights and as Professor Erwin Haeberle says: ” A critical study of the Natural Law tradition can still teach us a great deal about a truly humane sexual morality”. In most societies women cannot live their “Pansexuality”. The relationship between men and women is based on the concept that a woman is at least one step lower on the ladder of valuation, only useful for procreation and taking care of the children, and of course that’s no good basis for love or either sex. “Fescinninni versus” was an ancient orgiastic rite in which people allured each other in mixed “pansexual” intercourse. In the Etruscan civilization women could freely choose their partners and reject them whenever they wanted. “I love you as you are” is the text I wrote in 1977 for a film called Tomboy, the actors were well-known American and European sexologists. The song (I’m the singer too) expressed the physical and psychological pain of the person under the hand of the surgeon proceeding in a sex-change operation. But I consider this kind of operation a terrible violence. A person who wants to change sex is doing so because he or she wants to be better accepted by society. Many psychologists argue that they want to be accepted by themselves. In ancient cultures a hermaphrodite was honored and considered a rare flower, an orchid. In most of our societies such a person is marginalized and in many cases used and abused sexually during nighttime by people who spit on them during daytime. No, it’s society that has to change and no rare flower should ever be submitted to sadistic and profitmaking operations to become a very common and artificial flower. Another difficult debate that is not spoken freely about in many countries is the sexual life of the handicapped. To have sexual intercourse is very difficult to obtain or still forbidden for these people, depriving them of the little joy they’re still able to squeeze out of life. The sentiment of love and affection should be open for them as well and I always say: “There’s always someone for everyone”. At least I hope so. Personally I was an enormously surprised when I discovered that so many young men love older people like me. I used to think that sex was finished for me in my old age, but then I discovered the Italian Silverfox sites on Internet and since then I have made wonderful male friendships, and now I have hopes of finding an ideal partner. I must say that the young gerontophiles I’ve known to date are all very sensitive people and it could be interesting to start a specific study concerning their feelings. For them it’s more difficult to be accepted by society and families. And if they are homosexual they are doubly marginalized and heavily criticised when they present their lover who often is older than their own parents. Another taboo is not talking openly and scientifically about Pedophilia, it seems to have aroused a wave of popular, but alas not scientific, indignation around the world. Anthropological studies provide us with different answers to this theme and of course a child can never be considered an asexual being. Yes, children have to be protected against all violence, especially hypocritical educators, priests and people within their family. Politicians still find it hazardous to finance projects to thoroughly study the phenomenon of Pedophilia, in order to understand more precisely what can be permitted and what can not. After all these digressions I would like to clarify that, in my opinion, all orientations of affective liaisons are self-induced, psychologically constructed and are not predetermined biologically: “I like that person, he or she has something which attracts me”. Society, in most cases, has tried to condition these orientations except heterosexual or what is called “normal”. Perhaps it was felt as a necessity to procreate more in order to obtain powerful nations in times when starvation, pestilence and wars were decimating entire populations and when medicine had not yet arisen to the nearly miraculous heights of today. Perhaps this is one of the reasons why today, with the evermore menacing overpopulation, Pansexuality is developing more freely. All our different sexual tendencies, our Pansexuality, also include the negative inclinations, those that are harmful to others or to ourselves, just as the telephone and Internet can be used both negatively and positively. What is the negative use of sex and which are the positive ways of sexual behaviour? They are not easy to define. For example, sadomasochism is acceptable to a certain point, necrophilia is regarded as a serious deviation, pedophilia, in our Society, is not acceptable. Of course I have to be very humble as I cannot be compared with the highly specialized and important scientists participating at this Congress. I hope to learn a great deal from you all. I am aware of the many problems my Theory of Pansexuality may arouse, theoretically in the area of psychological research as in social, political and religious fields. A “Weltanschauung” that will not easily be accepted by everybody, but can find an affirmation and become a common way of considering sexuality. Thank you very much for your attention. – Peter Boom – pansex@libero.it

Bibliography: Bullough Vern L. – 1994 – Science in the bedroom – New York – Basic Books Haeberle Erwin –1981 – The Sex Atlas - Berlin - E.J.Haeberle Haeberle Erwin – 1983 – Anfänge der Sexual Wissenschaft - Berlin - De Gruyter Herdt Gilbert – 1987 – The Sambia – Ritual and Gender in New Guinea – Orlando – Harcourt College Publishers Mieli Mario – 1977 – Elementi di critica omosessuale – Milano – Giulio Einaudi Editore Rigliano Paolo – 2001 – Amori senza scandalo – Milano – Feltrinelli

Boom Peter Via Forno di sotto 47 01031 – Bagnaia (VT) Italy pansex@libero.it

ABSTRACT:

THE THEORY OF PANSEXUALITY Human beings, by nature must be, “pansexual” (from the Greek, Pan = all) a complete sexual person. We all possess various sexual possibilities generally classified as heterosexual, homosexual, bi-sexual, autoerotic, fetishist, sado-masochistic, etc. These tendencies in our nature can come out at any time, according to the development of each individual. Children are born polimorphoperverse; the curiosity of discovery leads them to play with their mothers, touch their genitals, masturbate and investigate their excretia. Later, as they develop, they play games of “doctor” as they explore the bodies and functions of their friends. All this is perfectly natural. During puberty their ambivalence is natural and undeniable as they adapt to life as an adult. Only later does their sexual proclivity become more crystallized and definite, although the range of options remain open. These options are partially repressed or are made taboo, according to the society in which they live. There’s a tribe in Borneo in which the women live with their children in a huge hut, while men live apart from them. In Kenya there’s a nomadic tribe of proud long-living people who have the custom of coupling boys of twelve in a ritual of blood-mixing. These male couples remain faithful to each other all their lives, wandering far off together, returning to the tribe once or twice a year in order to procreate with the women. There are many examples, like the Siwans from Africa, the Sambia in New Guinea, where nearly all males engage in both hetero- and homo-sexual intercourse, but we can leave these to the anthropologists. The term “pansexuality” exists already, but with a different meaning to that which I apply to it, indicating the concept to which sexual instinct is the basis of all human behaviour (Freud). It is important not to repress any of our pansexuality and to live it freely, using good sense. The repression and banning of natural instinct creates frustration, often resulting in antisocial and violent behaviour. Good sense is embodied in the expression: “Don’t do unto others what you would not have them do unto you!” Definition of pansexuality: Pansexuality includes all kinds of sexuality that can exist in a human being, gay, lesbian, bisexual, transexual, transgender, heterosexual, tendencies that may prevail either permanently or occasionally.

Key words: Pansexuality Polimorphoperverse Ambivalence Anthropology Hermaphrodite Homosexuality Hétérosexuality Bisexuality Transexuality

Français

(Exposé tenu au Congrès de Limassol):

LA THEORIE DE LA PANSEXUALITE 6ème CONGRES DE SEXOLOGIE – LIMASSOL, JUIN 2002, par Peter Boom.

Je suis un Hollandais habitant en Italie depuis 1956. Mon expérience personnelle et mes recherches m’ont amené à créer la Théorie de la Pansexualité il y a environ 10 ans. Ma Théorie est parue dans plusieurs revues non spécialisées et sur l’Internet, mais jamais auparavant elle n’avait été présentée dans le cadre d’un Congrès académique de cette envergure, qui, je le souhaite, aidera l’humanité à moins souffrir de la répression sexuelle, qui perdure largement dans notre bon vieux monde. Les gens sont traumatisés par l’idée du péché. Cette idée a engendré des meurtres, des suicides et d’innombrables désordres sociaux graves. La plupart des comportements liés à l’alcoolisme, à la drogue et à l’usage des sédatifs dérivent de la répression sexuelle. L’art, lui aussi, est soumis à la répression sexuelle. Je pense notammant à ces merveilleuses sculptures privées d’organes génitaux, ou dont le sexe est recouvert d’une feuille de vigne. Ces restrictions provoquent naturellement un effet de castration. Avant d’exposer ma théorie sur le comportement sexuel, je tiens à souligner que je suis d’autant plus honoré de participer à ce Congrès que je ne suis pas sexologue professionnel, mais acteur, chanteur, écrivain etc, et peut-être mieux identifiable comme un aventurier - vivant en Italie à proximité de Rome - qui, au cours des 43 dernières années, a consacré toute son énergie à l’activisme Gay. Je suis l’être pansexuel idéal. Jusqu’à l’âge de 23 ans j’ai eu des rapports sexuels avec les femmes, après quoi j’ai découvert l’univers merveilleux (quoique difficile) de l’homosexualité. Je remercie le Comité Scientifique de la Fédération Européenne de Sexologie pour avoir donné son soutien à ma théorie, que j’expose comme suit:

LA THEORIE DE LA PANSEXUALITE L’être humain doit être, de par sa nature, “pansexuel” (du grec Pan = tout), c’est à dire un individu sexuel complet. Nous possédons tous différentes possibilités qui sont généralement classées comme hétérosexuelles, homosexuelles, bisexuelles, érotomanes, fetichistes, sadomasochistes, etc. Ces tendances - faisant partie de notre nature - peuvent se manifester à tout moment et selon l’évolution de chacun. Les enfants sont dès le départ des êtres pervers polymorphes; le goût de la découverte les amènent à jouer avec leur mère, à toucher leurs sexe, à se masturber et à examiner leurs excréments. Puis, au fur et à mesure de leur développement, ils jouent au docteur tout en explorant le corps et les fonctions de leurs amis. Tout cela est parfaitement naturel. Pendant la puberté leur ambiguité est naturelle et indiscutable; c’est la période où ils s’adaptent à leur vie d’adultes. Ce n’est que plus tard que leur inclinaison sexuelle se cristallise et se définit davantage, quoique le champ des options reste ouvert. Ces options sont en partie réprimées ou deviennent des tabous, selon la société où ils vivent. Il existe une tribu sur l’île de Borneo où les femmes vivent avec leurs enfants dans une hutte énorme, tandis que les hommes vivent loin du groupe familial. Au Kenya, une tribu de nomades fiers et vivant longtemps a pour coutume de former des couples de jeunes garçons de 12 ans à travers le rituel du mélange du sang. Ces couples de mâles restent réciproquement fidèles toute leur vie, ils voyagent ensemble loin de la tribu, qu’ils regagnent une ou deux fois par an pour procréer avec des femmes. On compte de nombreux exemples: les Siwans d’Afrique et les Sambia de Nouvelle-Guinée, où presque tous les mâles pratiquent aussi bien l’hétérosexualité que l’homosexualité. Mais laissons les anthropologues s’occuper de ce sujet. Le terme “pansexualité” existe déjà, mais dans une acception différente de celle que je lui attribue. Il indique l’idée que l’instinct sexuel est à la base de tout comportement humain (Freud). Il est important de ne pas réprimer notre pansexualité et de la vivre librement et avec bon sens. La répression et l’interdiction de l’instinct naturel créent la frustration, qui se traduit souvent en comportement antisocial et violent. Le bon sens est contenu dans l’expression: “Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fît!” Définition de la pansexualité: La Pansexualité comprend toutes les formes de sexualité présentes dans l’espèce humaine: l’homosexualité (gays et lesbiennes), la bisexualité, la transexualité, le transgenre et l’hétérosexualité. Ces tendances peuvent se manifester de façon permanente ou épisodique. Dans son Dictionnaire Critique, le Professeur Haeberle donne la définition suivante du terme “pansexualisme”: “Pansexualisme, (parfois “pansexualité”), terme tiré du grec (“pan”: Tout) signifiant amour sexuel omnicompréhensif. Cette approche – cette philosophie – est fondée sur la conviction que le potentiel sexuel peut - et devrait - se tourner vers n’importe quel objet ou individu. A une certaine époque, le terme “pansexualisme” fut utilisé pour signifier l’idée que tout comportement humain a en quelque sorte une origine sexuelle. Cette théorie n’est plus considérée comme valable. De nos jours les termes “pansexualisme” et “pansexualité” sont souvent employés par les partisans de la libération sexuelle pour signifier que les distinctions de rôle et de genre entre hommes et femmes sont trop contraignantes et que, pour cette raison, une sexualité omnicompréhensive devrait comprendre les orientations sexuelles dans leur ensemble et ignorer délibérément toute distinction sociale conventionnelle…” J’ai échangé quelques emails intéressants avec le professeur Haeberle et je tiens à le remercier publiquement de son soutien à mes recherches en sexologie. Pour comprendre au mieux la théorie de la pansexualité il faut en saisir l’approche relative en faisant abstraction des considérations absolues. Le but est, en effet, d’observer les différences de rôles entre genres et non pas d’examiner la sexualité biologique. D’après nos observations sur le comportement sexuel humain, nous avons appris que l’être femelle et mâle, la féminité et la masculinité, l’homosexualité et l’hétérosexualité sont une question de degré. De nos jours, on parle trop facilement d’hétérosexualité, d’homosexualité et de bisexualité, sans tenir en ligne de compte les superpositions entre ces différentes catégories. Une vision étroite de la nature humaine empêche une vision naturelle de la vie, et quand je dis vision naturelle je ne pense pas aux conceptions scientifiques du passé… ni aux religions d’hier ou d’aujourd’hui. De nos jours le terme “nature” est communément employé pour réclamer des droits sexuels et comme le dit le professeur Haeberle, je cite: “Une étude critique de cette tradition des lois naturelles ne peut qu’enrichir un concept de morale sexuelle réellement humaine “. Dans la plupart des sociétés, les femmes n’ont pas la possibilité de vivre leur “pansexualité”. La relation hommes/femmes repose sur l’idée que la femme se trouve au moins un échelon en-dessous sur l’échelle des valeurs, et qu’elle ne sert qu’à des fins de reproduction et d’éducation des enfants. Naturellement, ce n’est pas la façon idéale pour faire épanouir l’amour ou la sexualité chez les deux sexes. Le “Fescinninni versus” est un ancien rite orgiaque dans lequel les individus s’adonnent à des pratiques “pansexuelles” mixtes. Chez les Etrusques les femmes avaient le droit de choisir librement leurs partenaires et de les repousser quand elles le souhaitaient. “Je t’aime car tu es” est un texte que j’ai écrit en 1977 pour un film intitulé Tomboy, dans lequel les acteurs étaient des sexologues américains et européens renommés. La chanson (que j’ai moi même interprétée) exprimait la souffrance physique et psychologique d’un individu en train de subir une opération de changement de sexe. Personnellement, je considère ce genre d’opérations comme une violence terrible. L’individu qui change de sexe agit ainsi parce qu’il / elle recherche l’acceptation de la part de la société. De nombreux psychologues affirment que ce qu’il/elle recherche, en définitive, c’est sa propre acceptation. Dans les cultures anciennes l’hermaphrodite était honoré; on le considérait comme une fleur rare, une orchidée. Dans la plupart de nos sociétés ce genre d’individu est exclu et souvent usé et abusé sexuellement par d’autres individus qui, de jour, le méprisent. Non, c’est la société qui doit changer. Jamais aucune fleur rare ne devrait être à la merci de comportements sadiques ou de démarches commerciales susceptibles de la transformer en une fleur commune et artificielle. L’autre thème dont on ne parle pas librement dans de nombreux pays, c’est celui de la vie sexuelle des personnes handicapées. Pour elles les rapports sexuels sont difficiles à mettre en oeuvre ou encore interdits, ce qui les prive d’une joie qu’ils pourraient encore trouver dans la vie. Des sentiments comme l’amour et l’affection devraient leur être accessibles, et d’ailleurs comme je le répète souvent: “Il y a toujours quelqu’un pour chacun d’entre nous”. Du moins je l’espère. Personnellement j’ai été très surpris de découvrir qu’un aussi grand nombre d’hommes jeunes aiment les hommes plus âgés comme moi. Je me suis toujours dit qu’à mon âge la sexualité était une chose révolue, mais lorsque j’ai découvert le site italien “Silverfox” (Renard Argenté) sur l’Internet, j’ai établi des liens merveilleux avec d’autres hommes et je garde désormais l’espoir de trouver un partenaire idéal. Je dois dire que les jeunes gérontophiles que j’ai rencontrés jusqu’ici sont tous des gens très sensibles et, à mon sens, il serait intéressant de mener une étude spécifique sur leurs sentiments. Ils ont davantage de difficultés à se faire accepter par la société et par leurs familles. Et si, en plus, ils sont homosexuels, ils sont doublement tenus à l’écart et sévèrement critiqués lorsqu’ils présentent leur compagnon – souvent plus âgé que leurs parents – en famille. Il existe encore un autre tabou, qui consiste à ne pas mettre en oeuvre une approche scientifique de la pédophilie, un phénomène qui semble avoir soulevé une vague populaire – qui malheureusement n’est pas scientifique – d’indignation partout dans le monde. Des études anthropologiques nous apportent différentes réponses et, une chose est sûre, un enfant ne peut jamais être considéré comme un être asexué. Naturellement, il faut protéger les enfants contre toute forme de violence, surtout de la part des éducateurs hypocrites, des prêtres et des membres de la famille. Les hommes politiques considèrent toujours hasardeux de financer des projets visant à étudier de plus près le phénomène de la pédophilie, pour nous faire comprendre ce que l’on peut ou ne peut pas permettre. Après toutes ces digressions je tiens à préciser qu’à mon sens toutes les formes de liens affectifs sont induites et construites psychologiquement; elles ne sont pas prédeterminées biologiquement: “Cette personne me plaît, il / elle a quelque chose qui m’attire “. Les sociétés, dans la plupart des cas, ont essayé de conditionner ces orientations, exceptée l’hétérosexualité – que l’on qualifie de “normale”. Il se peut que cette restriction soit née de la nécessité de la reproduction, le but étant de créer des nations puissantes et fortes à une époque où les famines, les épidémies et les guerres décimaient des populations entières, et où la médecine n’avait pas encore atteint les niveaux presque miraculeux qu’elle a atteints aujourd’hui. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles aujourd’hui, face à la menace grandissante de la surpopulation, la pansexualité se développe plus librement. Toutes nos orientations sexuelles - notre pansexualité - comportent des tendances négatives, qui causent un préjudice à nous-mêmes ou à autrui, de la même manière qu’on peut utiliser le téléphone ou l’Internet de la bonne ou de la mauvaise façon. Qu’entend-on par pratique négative de la sexualité et quelles sont les manières positives de la mettre en oeuvre? C’est là une distinction qui comporte quelque difficulté. Par exemple, le sadomasochisme est acceptable jusqu’à un certain degré; la nécrophilie est considérée comme une grave déviation et la pédophilie, dans notre Société, est inacceptable. Il est évident que je dois faire preuve d’humilité face aux spécialistes de très haut niveau qui participent à ce Congrès et auxquels je ne peux certes pas être comparé. J’espère apprendre beaucoup de choses en les écoutant. Je suis conscient des nombreux problèmes que ma théorie de la pansexualité pourrait éveiller sur le plan théorique de la recherche psychologique et sociale, ainsi que dans les domaines politique et religieux. C’est une vision du monde qui ne sera pas acceptée facilement par tout le monde, mais qui pourra trouver un moyen de s’affirmer et devenir une façon commune de considérer la sexualité. Je vous remercie de votre attention. – Peter Boom – pansex@libero.it

Bibliographie: Bullough Vern L. – 1994 – Science in the bedroom – New York – Basic Books Haeberle Erwin –1981 – The Sex Atlas - Berlin - E.J.Haeberle Haeberle Erwin – 1983 – Anfänge der Sexual Wissenschaft - Berlin - De Gruyter Herdt Gilbert – 1987 – The Sambia – Ritual and Gender in New Guinea – Orlando – Harcourt College Publishers Mieli Mario – 1977 – Elementi di critica omosessuale – Milano – Giulio Einaudi Editore Rigliano Paolo – 2001 – Amori senza scandalo – Milano – Feltrinelli

Boom Peter Via Forno di sotto 47 01031 – Bagnaia (VT) Italy pansex@libero.it

ABSTRACT:

LA THEORIE DE LA PANSEXUALITE L’être humain doit être, de par sa nature, “pansexuel” (du grec Pan = tout), c’est à dire un individu sexuel complet. Nous possédons tous différentes possibilités qui sont généralement classées comme hétérosexuelles, homosexuelles, bisexuelles, érotomanes, fetichistes, sadomasochistes, etc. Ces tendances - faisant partie de notre nature - peuvent se manifester à tout moment et selon l’évolution de chacun. Les enfants sont dès le départ des êtres pervers polymorphes; le goût de la découverte les amènent à jouer avec leur mère, à toucher leurs sexe, à se masturber et à examiner leurs excréments. Puis, au fur et à mesure de leur développement, ils jouent au docteur tout en explorant le corps et les fonctions de leurs amis. Tout cela est parfaitement naturel. Pendant la puberté leur ambiguité est naturelle et indiscutable; c’est la période où ils s’adaptent à leur vie d’adultes. Ce n’est que plus tard que leur inclinaison sexuelle se cristallise et se définit davantage, quoique le champ des options reste ouvert. Ces options sont en partie réprimées ou deviennent des tabous, selon la société où ils vivent. Il existe une tribu sur l’île de Borneo où les femmes vivent avec leurs enfants dans une hutte énorme, tandis que les hommes vivent loin du groupe familial. Au Kenya, une tribu de nomades fiers et vivant longtemps a pour coutume de former des couples de jeunes garçons de 12 ans à travers le rituel du mélange du sang. Ces couples de mâles restent réciproquement fidèles toute leur vie, ils voyagent ensemble loin de la tribu, qu’ils regagnent une ou deux fois par an pour procréer avec des femmes. On compte de nombreux exemples: les Siwans d’Afrique et les Sambia de Nouvelle-Guinée, où presque tous les mâles pratiquent aussi bien l’hétérosexualité que l’homosexualité. Mais laissons les anthropologues s’occuper de ce sujet. Le terme “pansexualité” existe déjà, mais dans une acception différente de celle que je lui attribue. Il indique l’idée que l’instinct sexuel est à la base de tout comportement humain (Freud). Il est important de ne pas réprimer notre pansexualité et de la vivre librement et avec bon sens. La répression et l’interdiction de l’instinct naturel créent la frustration, qui se traduit souvent en comportement antisocial et violent. Le bon sens est contenu dans l’expression: “Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fît!” Définition de la pansexualité: La Pansexualité comprend toutes les formes de sexualité présentes dans l’espèce humaine: l’homosexualité (gays et lesbiennes), la bisexualité, la transexualité, le transgenre et l’hétérosexualité. Ces tendances peuvent se manifester de façon permanente ou épisodique.

Mots-clefs: Pansexualité Polimorphepervers Ambivalence Anthropologie Hermaphrodite Homosexualité Hétérosexualité Bisexualité Transexualité

Your feelings?

Please share your feelings about Pansexual (Googling).
Thanks,
Richard

More of My Blogs

Comments

Other Entries


Bookmark Pansexual Sodomite

  • Facebook
  • del.icio.us
  • Digg
  • Yahoo
  • Google
  • StumbleUpon


Pansexual Sodomite
Index
Love and Lust
Pansexual (Googling)
Top of page